Historique de la SEG

Période Coloniale
  • Source de Production : Captages de Kakoulima
  • Capacité de production : 6000 m3 / JOUR
  • Conduite de transport d’eau traitée (Kakoulima/Kaloum): DN 300 en Fonte Grise
  • Source de financement :
  • Année de mise en service : 1903
1er Projet Eau : 1961 - 1964
  • Source de Production: Grandes chutes
  • Conduite de transport d’eau brute (Grandes chutes / Yessoulou): DN 800 en Acier
  • Station de traitement : Yessoulou 1
    • Capacité de production: 49.000 m3/j
  • Conduite de transport d’eau traitée (Yessoulou/Aviation): DN 700 en Acier
  • Réservoirs :
    • Aviation: 10.000 m3
    • Belle-Vue: 2.500 m3
    • Château d’eau Almamya : 1.500 m3
  • Source de financement : KFW (Coopération Allemande)
  • Mode de financement : Don
  • Année de mise en service : 1964
Programme Intermédiaire: 1976
  • Forages de Kakimbo
    • Nombre de forages : 7
    • Capacité Nominale : 10.000 m3/j
  • Forage de Bassia
    • Nombre de forages : 1
    • Capacité Nominale : 1.000 m3/j
  • Source de financement : IDA, BAD et Gouvernement Guinéen
  • Mode de financement : Prêt
  • Année de mise en service : 1981 / 1983
2ème Projet Eau : 1991 - 1994
  • Source de Production : Grandes chutes
  • Conduite de transport d’eau brute (Grandes chutes / Yessoulou): DN 1000 en Fonte Ductile
  • Station de traitement : Yessoulou 2
    • Capacité de production : 37.000 m3/j
  • Conduite de transport d’eau traitée (Yessoulou/Enta): DN 1100 en Fonte Ductile
  • Conduite de transport d’eau traitée (Enta / Sangoyah): DN 1100 en PRV (3,5 Km)
  • Conduite de transport d’eau traitée (Sangoyah / Réservoir Simbaya) : DN 600
  • Conduite de transport d’eau traitée (Sangoyah / Réservoir Koloma) : DN 800
  • Réservoirs :
    • Simbaya : 2.500 m3
    • Koloma : 2.500 m3
    • JICA 1: 250 m3
    • JICA 2 : 5.000 m3
    • JICA 3 : 5.000 m3
  • Conduite de transport d’eau traitée (Tombolia / Dabondy) : DN 400 (Réhabilitation)
  • Source de financement : IDA, AFD, BEI, BAD et Etat Guinéen
  • Mode de financement : Prêt
  • Année de mise en service : 1994
3ème Projet Eau : 1991 - 1994
  • Complément Conduite de transport d’eau brute (Grandes chutes / Yessoulou): DN 1000 en Fonte Ductile sur 8 Km
  • Station de traitement : Yessoulou 3
    • Capacité de production : 37.000 m3/j
  • Complément Conduite de transport d’eau traitée (Enta / Sangoyah): DN 1100 en Fibre de verre (PRV) sur 3,5 Km
  • Réservoirs :
    • Sonfonia : 3.000 m3
    • Cimenterie 1 : 2.250 m3
    • Cimenterie 2: 1.000 m3
  • Source de financement : JICA
  • Mode de financement : Don
  • Année de mise en service : 2009
Programme Intermédiaire
  • Forages de Donka en 2008
    • Nombre de forages : 2
  • Forage de Kaporo Démoudoula en 2010
    • Nombre de forages : 5
    • Capacité Nominale :1650 m3/j
  • Forage de Kakoulima en 2013
    • Nombre de forages : 12
    • Capacité Nominale : 6.000 m3/j
  • Station de traitement : Lac Sonfonia en 2009
    • Capacité de production : 10.000 m3/j
  • Source de financement : Gouvernement Guinéen (BND)

Évolution institutionnelle du secteur de l'eau en Guinée

  • Après l’indépendance

    En 1961, l’Entreprise Nationale de Distribution d’Eau de Guinée (DEG) a assuré les services de fourniture d’eau potable aux populations urbaines.

    La DEG s’est heurtée à de nombreuses contraintes qui ont contribué à faire d’elle une Entreprise de moins en moins capable de faire face aux tâches qui lui avaient été assignées.

    En 1984, les performances du secteur pouvaient se résumer ainsi qui suit :

    • Sept (7) villes du pays (Conakry, Kankan, N’Zérékoré, Kindia, Mamou, Faranah et Gueckédou) étaient dotées de systèmes d’alimentation en Eau potable plus ou moins fonctionnels.
    • Moins de 40% de la population urbaine étaient desservis en Eau potable.
    • Environ 12.000 abonnés dont 9.000 à Conakry et 3.000 à l’intérieur.
    • Moins de 50% des demandes de branchements étaient satisfaites.

    Ces résultats ont démontré à suffisance la nécessité d’une profonde restructuration.

  • Première réforme

    • La restructuration du secteur de l’eau potable a eu lieu en 1989 et a donné naissance à la SONEG (Société Nationale des Eaux de Guinée) société de patrimoine et à la SEEG (Société d’Exploitation des Eaux de Guinée) composée de partenaires privés et de l’État guinéen.
    • Un contrat de type affermage liait la SONEG à la SEEG pour une durée de 10 ans.
    • A l’issue de cette réforme, trois acteurs ont intervenu dans le secteur urbain de l’eau potable, avec rôles et obligations bien définis : L’ETAT, la SONEG, la SEEG.
    • Elle a favorisé un développement certain du secteur urbain de l’eau potable en Guinée durant la période 1989 - 2000.

  • Après l’Affermage

    Après le retrait brutal du partenaire à fin 2000, la société de patrimoine ayant repris les installations a mis en place en 2001 une Administration Déléguée, chargée de gérer le service désormais dénommé "Service d’Exploitation des Eaux de Guinée".

    Ainsi, pour éviter la rupture de la fourniture d’eau aux populations d’une part, et maintenir le niveau du service à la clientèle d’autre part, le Gouvernement Guinéen a créé le 18 décembre 2001, une Société Anonyme à Participation Publique dénommée Société des Eaux de Guinée (SEG).

    Cette nouvelle Société a pour objet la gestion du patrimoine et de tous les droits et obligations qui en découlent, l’exploitation, l’entretien, le renouvellement, la réhabilitation et le développement des installations de l’hydraulique urbaine en vue d’assurer la fourniture d’eau potable en Guinée.

    La SEG est administrée par un conseil d’administration et est liée à l’Etat par un contrat plan triennal.