Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (224) 60-29-01-50

10 Avr

Un partenariat fécond entre le PNEGUI et la SEG

 

Le directeur général de la SEG (Société des Eaux de Guinée) multiplie les rencontres avec d’autres entités en vue d’ouvrir la société au monde extérieur. Dans ce cadre, la SEG a reçu le mardi 27 février 2018, le  Secrétariat Exécutif du PNEGUI  accompagné d’une délégation du Partenariat Général Ouest-africain de l’Eau à son siège  sis à Almamya  dans le commune de Kaloum.

 

L’objectif est de prendre contact avec la direction générale, renforcer les relations avec la S.E.G et évoquer d’autres pistes de coopération.Cette rencontre a permis au  président du Partenariat National de l’Eau de Guinée d’informer la délégation sur les bonnes relations de partenariat que son institution entretient avec la SEG, dans le cadre de la mise en exécution de son plan d’action.El- hadj Mamadou Alpha Hann a dit que la SEG parait un partenaire stratégique à cause du rôle qu’elle a joué depuis la mise en place du PNEGUI en 2008.

 

Il a remercié le  directeur général de la SEG pour la mise à la disposition du PNEGUI, des moyens financiers pour l’organisation de la 3ème assemblée générale de cette institution, ainsi que pour l’octroi d’un bureau et une salle de conférence. M. Hann a signalé que le Partenariat régional de l’eau est venu toucher du doigt les réalités afin de pouvoir apporter de l’aide au PNEGUI.

 

Le président du Partenariat Régional de l’Eau pour l’Afrique de l’ouest a quant à lui exprimé le plaisir de son équipe de Ouagadougou, pour leur séjour de travail en République de Guinée et pour les échanges fructueux avec les ministres guinéens, en charge de l’Energie et de l’Hydraulique et celui de l’Environnement, des Eaux et Forêts.Pr. Amadou MAIGA a indiqué que le PNEGUI est l’un des principaux partenariats nationaux de l’eau mis en place en Afrique de l’ouest, d’où la nécessité de dynamiser le PNEG pour la raison que la Guinée soit appelée ‘’Château d’eau de l’Afrique de l’Ouest’’, et que le PNEGUI semble un appui pour traiter les problèmes de ressources en eau de l’Afrique de l’Ouest.« Nous sommes ici aussi, pour vous demander de bien vouloir poursuivre cet appui au PNEGUI et au-delà le Partenariat Régional de l’Eau sur les formes : techniques, politiques, administratives et matériels, tant que vos possibilités le permettent. Nous souhaitons que vous considérez le PNEGUI et celui Régional de l’Eau de l’Afrique de l’Ouest, comme vos partenaires à travers vos programmes stratégiques. Nous ne sommes pas une institution de même type que la SEG, mais nous sommes un groupe d’institutions qui se retrouvent à travers d’un réseau qui travail et contribue à l’amélioration des conditions du secteur de l’eau dans chacun des pays et dans notre sous-région »,.Il a de même rappelé les défis des Objectifs de Développement Durable (ODD) et de  l’engagement des Etats à travers la COP 21, la COP 22… pour l’atteinte des objectifs globaux au niveau des Etats et de la région.

 

Armand OUAGNE, Secrétaire exécutif du Partenariat Général ouest- africain de l’eau a lui aussi exprimé sa satisfaction pour la collaboration entre la SEG et le PNEGUI. Un exemple de partenariat à documenter et à promouvoir sur le plan mondial et sous régional. Il  a expliqué  que le Partenariat Mondial de l’Eau regroupe 13 régions à travers le monde, dont 13 PNE dans les 15 pays membres en Afrique de l’ouest.Il a également souligné que le Partenariat Mondial de l’eau travaille pour promouvoir la sécurité en eau à tous les niveaux et rassure plus loin que cette institution va réfléchir très prochainement à une vision intégrée et comment développer des initiatives par rapport à la gestion intégrée des eaux urbaines et l’assainissement, à l’exemple d’autres villes d’Afrique, dans le cadre de la coopération entre la BAD et le GWP.

 

M. Armand a mis un accent sur le rôle important que les PNE peuvent jouer pour la protection des périmètres de captage, étant une plate-forme, un instrument et un outil à la disposition de l’ensemble des acteurs gestionnaires du secteur de l’eau. Il terminera par émettre le souhait d’entreprendre très prochainement des initiatives concrètes à partager à divers niveaux pour la gestion durable des ressources en eau.

 

Il est a noté que l’objectif de cette mission du Partenariat GénéralOuest-africain de l’Eau vise à soutenir moralement le PNEGUI et exprimer leur satisfaction pour l’organisation de l’assemblée générale, la mise en place de nouvels organes  et l’élection de nouvelles personnes dynamiques. Dans le cadre de cette visite, Pr. MAIGA a annoncé que les cadres du PNEGUI et le Secrétaire du Partenariat régional de l’eau entretiendront des discussions au tour d’un vaste programme.

 

Au sortir de la rencontre Mamadou Diouldé Diallo a livré ses sentiments

 

Nous venons de recevoir aussi bien le Partenariat régional de l’eau de l’Afrique de l’ouest et le PNEGUI, je voudrais féliciter le PNEGUI pour son dynamisme depuis un certain temps. Cette institution vient de renouveler ses instances, à travers ce renouvellement nous avons compris tout leur engagement pour faire revivre cette institution.

 

Je voudrais également féliciter le Partenariat Régional pour cette visite et pour toute la reconnaissance  exprimée par rapport aux soutiens que la SEG  apporte au PNEGUI pour l’atteinte des challenges que cette institution s’est fixés. J’ai réaffirmé une fois encore tout le soutien et la disponibilité de la SEG à les accompagner, pour l’exécution de tout leur plan d’action et tous les objectifs qu’ils se sont fixés.

 

Aujourd’hui par ces temps de changements climatiques, de détérioration de la qualité de l’eau et de la raréfaction des ressources, voilà une institution partenaire avec laquelle nous entendons travailler. Les meilleures projections en matière de ressources en eau potable reposent d’abord sur la garantie des besoins, la disponibilité des ressources et sur la qualité de ces ressources.

 

Je salue leur démarche, c’est de l’hydro- diplomatie à travers les différents  opérateurs des services publics. Donc, la SEG est plus qu’engagée à soutenir et entretenir le PNEGUI pour la réussite des objectifs qu’il sait fixer.

 

Au-delà de tout ce qui a été fait, nous resterons à l’écoute du PNEGUI à travers leurs objectifs et leur plan d’action assorti d’un certains nombres de ressources et d’une obligation de résultats, dans les limites de possibilités de la SEG, nous ferons tout pour qu’ils soient à la hauteur, pour que vive ce partenariat et pour que ça puisse vraiment renforcer la capacité de production des installations de la SEG.

 

Je souscris à la démarche du Président du Partenariat Général ouest africaine de l’eau  qui annonce que d’ores et déjà, elle évoluera avec la SEG sur la base d’activités mesurable. Ce qui signifie que tout l’appui qui va nous être demandé sera assorti d’une certaine obligation de résultats, chaque fois qu’un appui va porter sur un segment quelconque, quand les activités vont être menées, elles vont être mesurées pour savoir à quoi ont servi les moyens que la SEG a mis à disposition. C’est de cette façon qu’on peut qualifier vraiment le travail.

 

Nous sommes à leur écoute, je sais que dans les jours à venir, leur plan d’action va nous être communiqué assorti de moyens, nous verrons quels seront les moyens éligibles par rapport à notre disponibilité et nous verrons comment les appuyer pour que le Partenariat national vive et au-delà, le Partenariat régional représenté par le Pr. MAIGA qui est fin connaisseur du secteur de l’eau en Afrique.

 

Martin CONDE