Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (224) 60-29-01-50

22 Jan

Budget 2019 de la SEG validé

Dix mille compteurs seront installés

Dans un réceptif hotelier,les responsables de la Société des Eaux de Guinée (SEG) ont validé le budget 2019 de la société. Pour une amélioration significative de la fourniture d’eau, la direction d’eau compte mettre des moyens à la disposition des agents. D’ailleurs le budget est en hausse de 8% par rapport à celui de 2018. Balde Abdoulaye chargé de la production et de distribution de la SEG a indiqué qu’après de grandes séances de travail qui ont pris deux mois, une proposition a été faite à la direction générale pour améliorer la qualité de la distribution de l’alimentation en eau aux habitants de la ville de Conakry. « Nous qui sommes chargés de faire de la production au niveau des différents sites nous devons travailler de façon à ce que la capacité d’exploitation installée des différents sites puissent être exploité régulièrement, pour donner de l’eau en quantité suffisante pour la ville de Conakry. Pour cela il faut absolument l’intervention des équipes de la maintenance, parce qu’en 2019, il ne faut pas qu’il y ait un arrêt dans le cadre de la distribution, pas d’arrêt dans le cadre de la production. Un forage qui tombe en panne aujourd’hui, doit être réparé aujourd’hui. Un groupe électrogène qui tombe panne aujourd’hui doit réparer immédiatement. Le jour où il n y a pas de courant d’EDG il faut que la direction des moyens généraux fasse en sorte qu’il y ait du carburant nécessaire pour faire tourner l’ensemble des équipements pour qu’on puisse faire de la production à outrance sur l’ensemble des sites de production ». Selon lui, cette année en 2019, La SEG a prévu une production de 62 millions de mètres cube d’eau sur l’ensemble des 14 sites de production. « Pour chacun des sites de production, nous avons essayé d’optimiser la valeur de la qualité de la production.». Le responsable de la production et distribution dit que la distribution d’eau est à deux caractères, il y a des eaux de surface, il ya des eaux souterraines. Pour les eaux de surface , ils ont prévu le fonctionnement des installations 24 sur 24h et pour tous les sites de production avec de l’eau souterraine, ils ont prévu un fonctionnement de 22h par jour. « Cette fois ci nous avons un rehaussement de la capacité de la production de 15% et on essaye de réaliser au niveau de la distribution un accroissement de la quantité d’eau distribué aux alentours de 18%. Nous allons améliorer à l’aval de la quantité d’eau qu’on va perdre en posant des comptages. Et en intensifiant la recherche et la réparation des fuites sur l’ensemble du réseau. En amont, on va faire en sorte, à ce que les sites d’exploitations soient exploités de façon permanente ». a martelé Abdoulaye Baldé. Ouo ouo Koulémou, directeur clientèle Conakry, s’engage à faire en sorte qu’il y a un recouvrement important pour la société. « Malgré la crise d’eau à Conakry, nous nous efforçons à partir de nos moyens de projeter un meilleur avenir pour la société pour 2019.Nous partons de la projection de la production pour fixer les objectifs par rapport à la facturation. Il est demandé à la direction clientèle de facturer environs 40 millions de mètre cube de la capacité de production de nos sites. A partir de cette facturation nous allons émettre le chiffre d’affaire. En fin d’année 2019, de recouvrer à 85%. Pour arriver à réaliser ces objectifs, nous demandons des moyens à la direction générale pour que nous puissions mettre en œuvre. Nous voulons sortir de la facturation forfaiture en 2019. Nous sommes convaincus que si nous avons la consommation réelle à partir des compteurs. Nous avons deux avantages le client sera convaincu de la facture, quand on est convaincu de la facture on paie. Avec les compteurs nous allons améliorer les indicateurs de recouvrement ». Selon Mamadou Djouldé Diallo, directeur général de la SEG le budget repose essentiellement sur deux paramètres, notamment la production et la distribution de l’eau dans les différents ménages, le second paramètre se repose sur les ventes. D’où l’engagement des deux directeurs pour tirer le ratio de commercialisation pour pouvoir bâtir le budget de la SEG. « La seule façon pour nous d’avoir le Cash flow repose sur la production, la distribution, la vente et le très bon recouvrement. Qui dit bon recouvrement il faut une très bonne facturation. Les responsables à tous les niveaux se sont engagés à distribuer produire le maximum d’eau et celui chargé de la clientèle s’est engagé à vendre et à recouvrer tous ces produits. Cela a permis d’améliorer fortement le budget à 8% en 2019 ». Pour concrétiser le budget le directeur général pense à des mesures d’accompagnement afin de respecter l’obligation de résultat. A cet effet, de nouveaux véhicules et des motos seront mis à leur disposition pour permettre aux agents d’aller vers la clientèle et pour aller réparer les fuites. « Au moment où je vous parle nous avons dix mille compteurs que nous allons mettre dans les différents ménages. La direction est très déterminée à mettre les moyens qu’il faut pour pouvoir donner la chance à la SEG de réaliser son budget. Et pour cela, nous comptons sur les partenaires au développement, sur le gouvernement. Cette année, nous allons donner un peu plus de 8%, cela est dû au fait que nous avons été accompagnés par la JICA qui a investi sur les sites de Kobayah et Kakimbo où nous avons réalisé de nouveaux forages. Ces deux équipements vont donner beaucoup plus d’eau à la population et nous permettra d’améliorer le volume de vente. Pareillement pour nos villes de l’intérieur. Grâce au chef de l’Etat, le projet des 5 villes est en cours ».